Réactions informelles du pape

Dans les cercles du Vatican, la semaine dernière, de sérieuses réserves ont également été exprimées sur la manière dont le ‘responsum’ a été formulé. En principe, une déclaration doctrinale aussi importante est précédée d’une vaste consultation, alors que ce texte n’a manifestement été rédigé que par une poignée de personnes. Il n’a pas non plus été présenté à d’autres dicastères afin qu’ils aient l’occasion d’exprimer leurs réserves et leurs compléments, car il ne s’agit pas d’une simple question doctrinale.

Les auteurs craignent également que le texte ait été soumis au pape François, juste avant son départ pour l’Irak, au dernier moment. A tout le moins, cela donne l’impression que certains tentent de mettre le pape François devant le fait accompli; alors que, depuis le début de son pontificat, il a fait plusieurs pas en direction de la communauté homosexuelle

Réactions informelles du pape

Par ailleurs, nos confrères de Cath.ch relèvent que le pape François « privilégie une communication informelle » sur le sujet. « Ces derniers jours, le pape François a laissé entendre à la presse qu’il n’avait pas apprécié la réponse de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF) publiée le 15 mars 2021, qui s’oppose à la bénédiction des couples homosexuels. Par ailleurs, il a critiqué publiquement à deux reprises en une semaine le pharisianisme existant au sein de l’Église. Ces deux modes d’expression semblent dessiner une communication informelle.

[…] Officiellement, le pape François a « consenti » à la publication du texte que lui a « soumis » le secrétaire de la CDF, le théologien Mgr Giacomo Morandi. Pour autant, plusieurs journalistes ont depuis quelques jours laissé entendre que le pape François n’approuvait pas le ton du document de l’ancien Saint-Office. 

[…] Insistant sur le fait que « la seule connaissance des principes théoriques ne suffit pas », le pontife leur a demandé à sortir de « la formulation de principes, de normes » pour adopter une attitude plus pastorale et évangélique. De sorte qu’on pourrait interpréter ainsi la critique que le pontife n’a pas explicitement formulée: il ne critique pas le fond de la note – qui n’est en rien nouveau, comme l’ont affirmé plusieurs proches cardinaux de la Curie ces derniers jours – mais son style légaliste qui s’opposerait au « radicalisme évangélique » qu’il appelle de ses vœux. 

RépondreRépondre à tousTransférer